Construire son abri, c’est d’abord choisir un bon emplacement.

 

– il doit nous protéger du soleil, comme des intempéries.

– il doit être le plus possible confortable, s’il est fait pour nous servir longtemps.

– il doit comporter une source de combustible et d’eau proche.

– il faut se protéger de l’humidité du sol. Cela peut se faire avec un tapis de végétaux  » feuilles, fougères … » ou à l’aide d’une construction qui nous surélèvera.

À éviter

  • Les pieds de falaises, les surplombs et les éboulis : chutes de pierres.
  • Les couloirs d’avalanche : chutes de neige, de pierres ; coulées de boue.
  • Les lieux immergeables (crues) : creux ; fonds de vallées ; rives basses des plans ou cours d’eau ; aval des barrages de retenue ; torrents, lits de rivières,
    même à sec.
  • Les creux et fonds de vallées : froid et brouillard.
  • Le voisinage immédiat d’eaux stagnantes (mares, étangs, lacs).
  • Les arbres, ne pas s’installez directement en dessous : ils font paratonnerre : attention aux arbres isolés. Risque de chutes, les chênes en particulier l’hiver, la chaleur du feu fait fondre la neige accumulée sur les branches au-dessus de nous. Risque également d’y mettre le feu. Trop près du tronc, la chaleur fait bouillir la sève, ce qui tue l’arbre.
  • Les endroits élevés ou les grands espaces dégagés exposés au vent.
  • Les endroits sans ombre.
  • Les très hautes herbes

DIFFÉRENTS TYPES D’ABRIS SIMPLES

LE TARP 

Le tarp ou tarpaulin est une toile bleue en polyéthylène laminé (on en trouve aussi des vertes et camouflées en magasin de bricolage), offrant une grande résistance aux intempéries. Elle est aussi plus simplement appelée bâche agricole.

Pour le bushcraft, le tarp désigne de façon générique une toile résistante et imperméable utilisée pour dresser un abri, cela ne demande que peu de moyen et de temps d’installation et répond à un besoin provisoire.

Contrairement à une tente, un tarp n’est pas une protection fermée englobante. L’avantage est que cela tient peu de place dans un sac à dos et que la toile peut être utilisée pour autre chose. L’inconvénient est essentiellement dans la perte de chaleur et dans le bruit généré par le vent dans la toile.

 On peut le coupler avec un hamac et cela devient très efficace, on est protégé de l’humidité du sol et des insectes !

                         800px-Tarpaulin_fly_tent
Photo : Ryan Bushby(HighInBC)

L’ABRIS EN APENTIS 

Un peu plus complexe, car utilisant du bois comme matériaux, il reste encore facile à réaliser et assez rapide à mettre en oeuvre. Il fournit une protection accrue et conserve correctement la chaleur d’un foyer. Idéalement avec un bon couteau, on peut faire du travail très propre.

 appentis1

    On peut y rajouter un mur en rondin pour réfléchir la chaleur du foyer et se couper du vent.

 appentis2

LES ABRIS DE CLIMAT EXTREME

ABRI CREUSÉ DANS LA NEIGE AU PIED D’UN ARBRE

Dans une région de conifères recouverte de neige, si vous avez une pelle ou un outil équivalent, vous pouvez creuser un abri dans la neige au pied d’un arbre. C’est rapide et vous protègent correctement du froid, du vent et des chutes de neige.

 manuel-de-survie-armee-canadienne_page107_image1

ABRIS EN ZONE DÉSERTIQUE

Dans un environnement aride, pour la construction d’un abri. Si vous avez, par exemple, un poncho, un tarp ou un parachute, utilisez-les pour construire votre abri en tirant parti des formations naturelles comme des affleurements rocheux, des monticules de sable ou des creux entre les dunes ou les rochers. L’idéal est de faire un toit en double couche avec un vide, pour réduire la température dans l’abri.

 manuel-de-survie-armee-canadienne_page109_image1