Le feu est un élément essentiel à la survie. Il est utile pour se réchauffer et se sécher, à cuire les aliments et à les conserver, à stériliser une eau qui serait impure sans lui. Il vous apportera la lumière pendant la nuit et vous protégera des animaux sauvages. Il sera une des sources principales de confort et de réconfort et un moyen efficace de signalisation. On s´en servira aussi pour fabriquer des armes et des outils et utiliser le charbon et les cendres pour de nombreuses applications. Dans de nombreux cas, il fera la différence entre la vie et la mort.

Faire du feu

Quelle que soit la méthode utilisée pour faire du feu, il vaut mieux s´entraîner avant. Seul l´apprentissage par la répétition est gage d´une réussite lorsque les conditions ne seront pas optimales. Pour faire du feu il faudra dans al mesure du possible réunir des éléments combustibles et inflammables les plus secs possible afin de préparer et entretenir votre feu.

 

3 éléments sont indispensables à la réussite d´un feu, on le nomme le triangle du feu :

 

Le combustible

L´air

La chaleur

 

Nous allons énumérer toutes les techniques d´allumage et ensuite lister les différents types de brasiers. La base étant l’amorce du feu, c’est là que réside toute la difficulté, à savoir passer de l’étincelle (ou source de chaleur) à la flamme provenant de la combustion de votre support. Les hommes préhistoriques utilisaient déjà de l’amadou, un champignon parasite des arbres pour commencer un feu. Cette base permettra ensuite l´embrasement des autres combustibles.
L´idée pour réussir son feu et de commencer petit et
d´alimenter progressivement le feu avec du combustible de plus en plus gros. La plupart du temps, le combustible sera du bois, mais en survie il deviendra n´importe quelles matières inflammables.

 

Par extension, on appelle amadou le premier élément qui nous servira à commencer notre feu. Nous verrons dans un autre chapitre, comment faire du vrai amadou et l´utiliser. Pour nous en Europe, le plus simple est de trouver de l´herbe séchée, des mousses, un nid, des feuilles, des massettes de roseau ( la partie supérieure de la plante marron-brun et qui une fois ouverte délivre un duvet)… Même en plein Paris on trouve parfois dans les parcs et dans les cours d´immeubles des plantes très duveteuses et qui forment comme une balle de coton. J´en ai vu plusieurs fois sans connaître leurs noms et d´espèces différentes. Bien sec,
c´est un embrasement immédiat.

En dehors des amadous naturels, on pourra prendre avec soi des balles de coton, de la laine de fer, de la sciure de résineux, des Mayas stick… Tout ce qui peut dépanner et qui a un encombrement contenu.

Une fois les flammes démarrées, vous pourrez alimenter votre foyer progressivement en augmentant la taille des combustibles en n´allant pas trop vite et en laissant le foyer « respirer ». On rate beaucoup de feu par manque d´oxygène. En vacances, je ne manque jamais d´allumer un barbecue en n´utilisant que des moyens simples, c´est à dire en utilisant un Firesteel (plus de détail dans la section équipements et outils) et en bannissant toute chimie ex: briquettes de combustible, essence … j´ai obtenu des feux et de la braise très rapidement en achetant une petite soufflerie à manivelle.

                                   firesteel                                               soufflet

 

On les trouve aux rayons communs avec les barbecues dans les grandes surfaces. Ils remplacent les anciens soufflets souvent présents près des cheminées, ils sont compacts et terriblement efficaces à tel point que je le préconise dans un équipement de survie. Les puristes vont hurler et je conseille de faire beaucoup de feu sans son aide, pour se faire la main, mais en conditions difficiles (temps humides, combustibles de mauvaises qualités, fatigue, blessure… ), il va créer un feu très rapidement, à voir donc.

Le Bois

BOIS

 

SOURCE : http://www.davidmanise.com

 

Technique du silex – 1/6

C´est la technique des hommes préhistoriques qui frottaient un silex contre une autre pierre contenant du sulfure de fer (pyrite, marcassite…) qui en contact ferme par l’entrechoque dégagent des étincelles permettant d’amorcer votre feu. Faire du feu avec deux morceaux de silex est impossible ou relève de l’exploit, l’entrechoque de ces mêmes pierres ne produisant que d’infimes étincelles instables. Ce sont les éclats de sulfure de fer arrachés à la pierre qui deviennent incandescents, échauffés par le choc entre les deux pierres. Je n´ai jamais essayé cette technique, mais je dis chapeau ! cela me semble être la plus difficile à mettre en œuvre. Si vous n´avez pas les pierres avec vous, il est déjà très hasardeux d´en trouver. J´en ai bien eu dans les mains quand j´étais gosse (surtout pour en faire des flèches et de l´utiliser pour couper), mais c´était toujours des morceaux petits… mes crapahutages se faisant en forêt, je n´en ai jamais vu… Pour chopper le coup de main et ne pas s´en dégouter, je pense qu´il est souhaitable de se faire enseigner le coup de main et le choix des pierres par quelqu´un qui maîtrise le sujet.

 

220px-Feu-briquets-Collina

 

 

Technique de la friction – 2/6

C´est la méthode utilisable si vous n´avez rien sur vous pour appliquer une autre méthode

Cette méthode consiste à utiliser l´échauffement produit par le frottement d´une tige de bois dur par friction sur un bois tendre et surtout fibreux (lierre, laurier, noisetier…). La sciure produite par le frottement va servir d´amadou. Une petite braise va se former dans cette sciure. On la déposera ensuite dans un petit nid d´herbes séchées (par exemple) et souffler gentiment dessus pour créer une flamme plus importante.

Lors de la friction si le frottement n’est pas assez suffisant pour créer suffisamment de chaleur, vous pouvez ajouter un peu de sable, ce qui permettra d’augmenter la chaleur par abrasion.

 

220px-Feuerreiben

 

 

 

Autres techniques de friction – 3/6

Je les regroupe ici, car je les trouve moins intéressantes, mais il est toujours bon de les connaître.

On y trouve la technique de la lanière. On va se servir d´une corde pour créer la friction. On place un morceau de bois dans lequel on pratique une fente, on y insère la corde et grâce au mouvement de va-et-vient la corde va suffisamment échauffer le bois pour créer la sciure qui va s´enflammer. Pour se faire, on surélève le morceau de bois (on laisse passer de l´oxygène) et juste en dessous de notre fente on place notre amadou (l´herbe sèche…). La sciure enflammée tombera dans l´amadou et notre feu prendra naissance. On voit tout de suite que la limite se trouve dans la résistance de la lanière qui ne va pas être épargnée par la friction. Une autre méthode est celle de la scie. On prend 2 bâtons et on les frotte l´un contre l´autre avec un mouvement de scie. Le bois de support doit être très sec. Le frottement se fait au-dessus d´un amadou…

 

 

Technique de l´arc à roulement – 4/6

Appelé aussi l´arc à feu ou archer à feu, on l´utilise aussi pour faire des forages, c´est l´ancêtre de la perceuse ! Toujours l´idée de la friction et on l´améliore en fabriquant un outil. On courbe une branche souple pour s´en faire un arc. Si vous n´avez ni corde ni ficelle (l´idéal étant de la paracord), vous pouvez utiliser un lacet de chaussure. Il a été utilisé chez les Amérindiens, dans l’ancienne Égypte, en Australie … L´idée est de ne pas trop tendre la corde pour y insérer au milieu, en faisant un tour notre bâton de friction. Sur votre « planchette » (en bois plus tendre et fibreux permettant ainsi la fabrication de braises par frottement des deux bois), faites un trou afin d’y insérer le haut du bâton de friction. Le forage est plus efficace su les bords de la planchette, l´oxygène y fera mieux son office. D’une main, appuyez légèrement sur la baguette et de l’autre, roulez l’archet. Pour ne pas se ruiner la paume de la main qui tient le bâton de friction, on peut aussi prendre un morceau de bois ou un coquillage. On peut même doubler le coquillage pour en augmenter la solidité. Dès que de la fumée apparait, soufflez puis ajoutez l’amadou, et continuez à tourner. Les braises se formes de plus en plus, puis des cendres et enfin les flammes. Déplacez cette braise bien chaude vers votre foyer du feu… Avec de l´entraînement, c´est certainement la meilleure des méthodes ancestrales.

 

220px-Feu-archet

 

 

 

Technique de la magnification de la lumière du soleil – 5/6

On utilise pour ce faire une loupe. J´adorais faire cela quand j´étais enfant. On choisit une matière inflammable et il suffit de varier la distance de la loupe avec l´amadou afin de concentrer les rayons du soleil. Plus la convergence est forte (plus le diamètre de lumière est petit) et plus vite la flamme surgit. Perso, j´ai une loupe dans mon EDC (kit de survie léger), la limite étant bien sûr la présence du soleil…

Si on n’a pas de loupe, on peut utiliser les méthodes suivantes :

– un verre de lunette.

– un tesson de bouteille en verre.

– un préservatif ( idéalement non lubrifié, on verra pourquoi plus tard on en met dans notre kit de survie… ) rempli d’eau.

– Il est également possible de se servir d’une cannette de soda en aluminium. Pour se faire, il faut polir son culot. Pour ce faire, il convient de le frotter avec un chiffon, en utilisant une pâte abrasive quelconque, par exemple un morceau de chocolat ou un peu de dentifrice. Il faut tout d’abord étaler une fine couche de ce qui fait office de pâte abrasive sur le culot, puis le frotter avec un morceau de tissu, et répéter l’opération autant de fois que nécessaire jusqu’à le rendre brillant comme un miroir, ce qui peut prendre plus d’une demi-heure de polissage. Attention, le chocolat n’est plus comestible après cette opération, car il s’est chargé d’aluminium.

Une fois que l’on dispose d’un bon miroir, il faut encore en déterminer le point de convergence. Un papier foncé permet de facilement le trouver, en le plaçant au-dessus du culot de la canette orienté face au soleil, et en le déplaçant de manière à obtenir le disque lumineux le plus petit possible.

Une fois trouvée, il suffit alors d’y placer un matériau inflammable, par exemple une brindille, ou même le carton de l’emballage du chocolat, qui devrait alors s’enflammer très rapidement. Il ne reste plus qu’à transmettre sa flamme au foyer, en l’y plaçant et en soufflant doucement pour activer la combustion.

– Utiliser le cône de réflexion d´une lampe de poche…

 

 

Technique du courant électrique – 6/6

Cela consiste à créer une étincelle électrique dans le but d’allumer un matériau inflammable, comme par exemple du coton bien aéré ou notre amadou, la laine de fer marche très bien avec cette méthode. On peut utiliser à peu près n’importe quel type de batterie, pourvu que l’on ait du fil électrique à sa disposition. On peut aussi utiliser une batterie que l’on a soi-même fabriquée.

On peut aussi démarrer un feu en utilisant la poudre noire d´une munition.

 

sources images : Wikipédia